Spectacle

La traversée du siècle

Crédit photo :Marlene Gelineau Payette

Théâtre Le Diamant

12h00(avec entracte)

En français


Sat 1er Juin
10h

Prix régulier / 110 taxes & frais de service inclus, repas en sus

À partir de l’œuvre romanesque et théâtrale de Michel Tremblay // Mise en scène, adaptation et dramaturgie d'Alice Ronfard (Canada | Montréal)

ÉPOPÉE THÉÂTRALE

Michel Tremblay, notre conteur universel, est parmi les premiers auteurs à utiliser le joual dans ses pièces. Il a formidablement donné vie à notre affirmation culturelle. Qu’on soit familier avec son œuvre ou non, on ne peut manquer cette épopée fantastique. La traversée du siècle, le récit de notre mythologie québécoise, le mariage parfait des univers romanesques et théâtraux de Tremblay, présenté avec pas moins de 20 interprètes, 75 personnages et un siècle d’histoire étalé sur 12 heures de spectacle. Découvrez le travail herculéen d’Alice Ronfard, un hommage à trois générations de femmes qui ont bâti le Québec d’aujourd’hui avec résilience et espoir.

Avertissement
Effets de fumée

CE QUI NOUS A CHARMÉS

Les personnages de Tremblay sont dans notre ADN. Nous portons tous quelque part en nous leurs espoirs, leurs rêves, leurs luttes et leurs libérations. C’est peut-être ce qui rend si émouvante cette grande traversée. Nous sommes extrêmement heureux de pouvoir offrir au public de Québec cet événement exceptionnel. Une seule représentation! Une journée complète dans l’univers de Michel Tremblay. Ceux qui réussiront à mettre la main sur ces précieux billets pourront dire : J’y étais!  C’est plus qu’un hommage, c’est une véritable fête où tout le monde est invité!

Votre comité de programmation

LES CRÉDITS

Crédits 👇

À partir de l’œuvre romanesque et théâtrale de Michel Tremblay

Mise en scène, adaptation et dramaturgie : Alice Ronfard

Idéation et consultant : André Brassard

Consultants dramaturgiques : Alex Bergeron, Dany Boudreault, André Brassard, Alice Ronfard, Emmanuel Schwartz

Distribution : Marie-Josée Bastien, Félix Beaulieu-Duchesneau, Alex Bergeron, Céline Bonnier, Samuel Côté, Martin Faucher, Gabriel Favreau, Eve Gadouas, Abigail Galwey, Rachel Graton, Maxime Isabelle, Bozidar Krčevinac, Roger La Rue, Valérie Le Maire, Charlie Monty, Clara Prévost, Evelyne Rompré, Isabelle Roy, Marie-Hélène Thibault

Assistance à la mise en scène et régie générale : Ariane Brière

Scénographie : Gabriel Tsampalieros

Éclairage et régie éclairage : Julie Basse

Assistante et régie éclairage : Nat Descôteaux

Musique originale et régie son : Joris Rey

Composition originale de Brésil brille, chanson du Jukebox et choeurs de l’épisode 6 : Abigail Galwey

Régie du plateau : Nicolas Dupuis

Direction de production : Marjorie Bélanger

Direction technique : Audrey Janelle

Production déléguée : Centre du Théâtre d’Aujourd’hui

Production exécutive : Dumont St-Pierre

La traversée du siècle est présentée en collaboration avec le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, Duceppe, le Théâtre Espace Libre, le Théâtre La Licorne, le Théâtre du Nouveau Monde, le Théâtre de Quat’Sous et le Théâtre du Rideau Vert.

Une mise en lecture de La traversée du siècle fut présentée au Théâtre Espace Libre en août 2022.

Vidéo

INTERPRÈTES

Marie-Josée Bastien

Metteuse en scène d’au-delà d’une trentaine de spectacles, interprète dans plus d’une cinquantaine de créations et de productions théâtrales, autrice de nombreuses œuvres, Marie-Josée Bastien est une artiste polyvalente. Ayant pris la direction artistique du Théâtre Niveau Parking (TNP) en 2016, après avoir assuré celle du Théâtre Les Enfants Terribles, elle enseigne dans différentes écoles de théâtre de la province et, depuis 1997, au Conservatoire d’art dramatique de Québec.

Au fil des ans, Marie-Josée Bastien a reçu plusieurs prix et nominations, tant pour son jeu que pour ses œuvres dramaturgiques ou ses mises en scène mémorables. Elle fut notamment récompensée aux Prix d’excellence des arts et de la culture de Québec pour cinq de ses mises en scène — celles d’Exercices de style (2021), d’Incendies (2018), Richard III (2009), On achève bien les chevaux (2007) et Impromptu (2003) —, après y avoir été consacrée révélation de l’année 1993.

Finaliste pour le prix Siminovitch 2013, prestigieuse récompense qui honore un·e metteur·euse en scène qui fait figure de proue dans le domaine du théâtre, elle a monté Macbeth au Théâtre du Trident, Christine, Reine-Garçon, Gloucester et Hamlet au Théâtre de la Bordée, le Garçon de la dernière rangée de Juan Mayorga, Act of God (en collaboration avec Michel Nadeau) et Eldorado pour le TNP, entre plusieurs autres. Elle est aussi l’autrice d’une quinzaine d’œuvres théâtrales dont certaines ont fait l’objet de tournées internationales. Pensons à Éclats et autres libertés (prix Louise-LaHaye 2010) et La Librairie.

Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Québec, on a pu applaudir cette comédienne issue de la communauté Huronne-Wendate sur les scènes québécoises et européennes, dans diverses productions parmi lesquelles Mort prématurée d’un chanteur populaire dans la force de l’âge de Wajdi Mouawad et Arthur H., L’éveil du Printemps, réécriture de David Paquet, Osage County de Tracy Letts, Lentement la beauté (création collective pour laquelle elle a également participé à l’écriture du texte), W;t de Margaret Edson, et Le dieu du carnage de Yasmina Reza. Ses talents
d’interprète ont aussi été salués, notamment du Prix de la critique 2012 pour son rôle de Noëlla dans Temps de Wajdi Mouawad.

Crédit photo : Eva Maude TC

Félix Beaulieu-Duchesneau

Finissant au Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2003, Félix Beaulieu-Duchesneau est codirecteur artistique pour le Théâtre Qui Va Là, où il crée en collectif Toutou Rien en 2004, La Tête Blanche en 2006, La Fugue en 2007, Le Nid en 2009 et Éloges de la fuite en 2016. Trois prix sont décernés à Qui Va Là pour le meilleur spectacle jeunesse avec La Fugue : Cochon d’Or 2010, prix Opus 2011 et Dora Mavor Award 2013. En 2017 il crée et produit lui-même Le Nombril du Monstre, un spectacle solo qui marie théâtre et bande dessinée. Il remporte en 2016 le prix Victor-Martyn-Lynch-Staunton du Conseil des arts du Canada pour souligner l’excellence de son travail de création. Félix présente une lecture musicale au Festival du Jamais Lu en 2019 où il est auteur, compositeur et interprète de Garage Lumière, une création qui fait le pont entre musique expérimentale et théâtre performatif. Il amorce en 2022 un nouveau projet de création avec le théâtre Carrousel et en 2023, c’est la création autour de l’œuvre Cent ans de solitude qu’il entreprendra avec ses acolytes de Qui Va Là: Justin Laramée et Benoît Côté.

Avec le Théâtre PÀP, il a joué dans La Petite Scrap de Dominick Parenteau-Leboeuf en 2005, Le Traitement de Martin Crimp en 2006 (Masque de l’interprète masculin dans un rôle de soutien 2006) et Ceux que l’on porte d’Andrew Dainoff en automne 2008. Au TNM, on a pu le voir en 2004 dans L’Hôtel du libre échange de Georges Feydeau ; en 2007 Ubu Roi d’Alfred Jarry ; en 2010, L’Opéra de Quat’sous de Bertolt Brecht et dans Hamlet de Shakespeare. Pour le Théâtre de La Manufacture, il joue en 2012 dans Ce Moment-Là de Deirdre Kinahan et il est comédien-musicien dans Coma Unplugged de Pierre-Michel Tremblay (Masque de la production Montréal 2007) qui a été repris en 2010. En 2011, il a interprété le Baron de Münchhausen dans la pièce Münchhausen, les machineries de l’imaginaire présentée au théâtre Denise-Pelletier. (Prix d’interprétation masculine 2011 de Denise-Pelletier) En 2013 il joue dans Dominion de Sébastien Dodge au Théâtre de la Pacotille. Avec le Théâtre SDF il participe à Sorel Tracy d’Emmanuel Reichenbach en 2013 et à Tout ce qui n’est pas sec de Simon Lacroix en 2015. En 2014 et 2015 il fait partie de la distribution de As Is (Tel Quel) de Simoniaques Théâtre. Il joue pour le Théâtre Les Porteuses d’Aromates en 2008 dans Jam Pack et en 2016 dans Habiter les Terres, deux textes de Marcelle Dubois. Au Théâtre Duceppe il prend part au spectacle Peter et Alice en 2014 et à Oslo en 2018. Il joue dans Garçon! de Stéphane E. Roy l’été 2019 puis en tournée au Québec de 2020 à 2022. Il joue au Théâtre Denise-Pelletier en hiver 2023 dans la pièce Les châteaux du ciel de Marie-Claude Verdier.

En théâtre jeunesse, il tourne avec les spectacles Le Capitaine Fracasse de Picouille Théâtre entre 2003 et 2008, Tapajungle de la SMCQ-Jeunesse de 2003 à 2006 ainsi qu’avec La Cité des Loups du Théâtre de l’Oeil de 2004 à 2006. Il écrit Les Rois de la Patate pour le Petit Théâtre de Sherbrooke en 2010. Avec le Théâtre de la Roulotte, il fait l’adaptation et la mise en scène pour Le Magicien d’Oz en 2010 et de Peter Pan en 2012. Il signe la mise en scène de l’exercice jeune public des pièces La famille pique-nique et La peur du loup en 2016 à l’École Nationale de Théâtre. Il tourne depuis l’hiver 2021 dans La question du devoir un spectacle de théâtre invisible portant sur l’engagement avec Le théâtre Le Carrousel.

Il aborde la danse contemporaine comme interprète en 2013 avec Corps Caverneux d’Aurélie Pédron pour Danse-Cité. Il improvise pour la LNI de 2007 à 2008 et avec la LIM de 2005 à 2007 (Recrue de l’année 2005-06 et cojoueur de l’année 2006-07). Il participe depuis 2019 à différents laboratoires de théâtre improvisé avec les productions de L’Instable (JIM, PARC, SQUAT, Le Dompteur etc).

Côté télévision, il joue en 2018 dans À quelle heure on meurt réalisé par Claude Desrosiers et produit par Zone 3, Ces Gars-Là en 2013 réalisé par Simon-Olivier Fecteau et produit par Zone 3, Rêves d’Acteurs réalisé par Anthony Ferro et produit par Encore Télévision ainsi que Légendes Urbaines réalisé par P. Couture et J. De Bellefeuille et produit par Zone 3 toujours en 2013. Au cinéma il participe en 2008 au court métrage Synthétiseur réalisé par Sarah Fortin et produit par Nitro Film puis en 2019 au court métrage Comme la neige au printemps réalisé par Marie-Ève Juste et produit par L’Embuscade films présenté au TIFF 2019. Il joue dans le court métrage 444 réalisé en 2020 par Alexandre Nachi et produit par Chasseurs Films.

De 2008 à 2013, il donne de nombreux ateliers portant sur la création théâtrale à des enfants du primaire, des adolescents du secondaire et à des adultes au sein de la compagnie Qui Va Là. Félix enseigne la création au conservatoire de Montréal depuis 2014. Il a signé la mise en scène du spectacle Au Bout du Fil d’Évelyne de la Chenelière en 2017 pour les finissants du conservatoire. Il écrit et met en scène Molière pour les nuls dans le cadre d’une tournée en France à l’été 2018. Depuis 2015 il accompagne les étudiants en deuxième année du conservatoire lors de stages en France et au Québec pour présenter leur création de théâtre de rue créé dans son cours Création Collective. Depuis l’automne 2021, Félix est chargé de cours à l’École Supérieur de Théâtre de l’UQÀM où il dirige les élèves de troisième année en interprétation dans des laboratoires de création.

Crédit photo : Annie Éthier

Alex Bergeron

L’École nationale du théâtre du Canada le diplôme en 2014 et, rapidement, Alex foule les planches des théâtres. Il crée les pièces Attentat, mise en scène de Gabrielle et Véronique Côté, La logique du pire, co-mise en scène d’Étienne Lepage et Frédérick Gravel, Dimanche Napalm, par Sébastien David, et Jusqu’où te mènera Montréal, mise en scène de Martin Faucher. Il prendra la peau de grands personnages tels que Claude Gauvreau dans Gauvreau défenestré, un solo mis en scène par Robert Bellefeuille, Henri de Lagardère dans Les aventures de Lagardère, mise en scène de Frédéric Bélanger, Henri V dans Five Kings – L’histoire de notre chute, mis en scène par Frédéric Dubois et Sam Shepard dans Parce que la Nuit, mise en scène de Brigitte Haentjens. Il collabore régulièrement avec Claude Poissant, qui l’a dirigé dans Grande Écoute, Hurlevents et La Métamorphose. Dernièrement, il trouve sa place dans les mises en scène d’Alice Ronfard et se démarque dans La Traversée du siècle encore Le Faiseur. Alex a également fait quelques apparitions à la télévision dont dans Alertes 2 ou encore, plus récemment dans Désobéir.

Crédit photo : Kelly Jacob

Céline Bonnier

Céline Bonnier a su avec les années nous démontrer l’étendu de son talent  de comédienne tant sur la scène, à la télévision qu’au cinéma. Elle a participé à plus d’une trentaine de films.

À la télévision, nous avons pu la voir dans plusieurs téléromans et téléséries au fil des ans, dont Million Dollar babies, Omerta, Tag, Le dernier chapitre, l’Héritière de Grande Ourse, 30 vies et les Rescapés. Elle a  fait partie de la distribution d’Unité 9 , d’Un sur 2, et on peut la voir  dans la série L’Heure Bleue y tenir le rôle central. Elle fait partie de la distribution de la série TOUTE LA VIE réalisé par Jean-Philippe Duval. Elle tient le rôle principal de la série tournée par Stéphane Lapointe, pour Crave…UNE AFFAIRE CRIMINELLE.

Au cinéma, Céline se démarque grâce à ses prestations dans Les Muses orphelines, Les plaques tectoniques, The Assignment, Le Dernier Tunnel, Monica la mitraille, Maman est chez le coiffeur, Délivrez-moi et Je me souviens. Nous avons pu la voir dans French Kiss et Coteau-Rouge. Elle a remporté un prix d’interprétation lors d’un festival californien pour le rôle d’Augustine dans La passion d’Augustine de Lea Pool.. On la retrouve dans le dernier film de Marc-André Forcier , EMBRASSE-MOI COMME TU M’AIMES. Elle participe au film À tous ceux qui ne me lisent pas …de Yan Giroux. Elle a participé en tant que personnage central au film AU NORD D’ALBANY réalisé par Marianne Farley. Elle endosse le rôle de la Stroop dans le film de Francis Leclerc et Fred Pellerin, L’ARRACHEUSE DE TEMPS.

Elle est nommée 31 fois  TANT POUR LE THÉÂTRE , LA TÉLÉ ET LE CINÉMA. Et remporte cinq prix pour le théâtre, cinq pour la télé et 6 ou 7(?) pour le cinéma.

Acclamée pour son tour de force dans la pièce de théâtre La cloche de verre, mise en scène par Brigitte Haentjens, Céline nous présentait une prestation solo des plus magistrales. Elle a également été dirigée par des artistes innovateurs comme Robert Lepage dans Tectonic plates et Romeo and Juliet (dans le rôle de Juliette), Denis Marleau dans Urfaust et Trilogie de l’absence, Serge Denoncourt dans Le Cid, sans oublier Brigitte Haentjens dans Hamlet Machine et Blasté ainsi que Lorraine Pintal dans Hiver de Force et La charge de l’orignal épormyable. Brigitte Haentjens pour l’Opéra de 4’sous. En 2012 elle monta sur les planches du Théâtre du Nouveau Monde dans la pièce Christine, Reine de Suède pour y jouer le rôle titre.

Elle a joué  en 2015, le rôle mythique de Blanche  Dubois, dans la pièce Un tramway nommé désir dans une mise en scène de Serge Denoncourt, pièce qui a été reprise à Espace GO en janvier 2016 dû à son énorme succès.

En mars 2019 , elle incarne Patti Smith de la pièce PARCE QUE LA NUIT, mise en scène de Brigitte Haentjens, sur la vie de Patti Smith. En décembre 2021, elle est de la distribution au TNM de LES REINES mis en scène par Denis Marleau et en février 2022 , elle campe le rôle de Pamela dans Quand nous nous serons suffisamment torturés de Martin Crimp, mis en scène par Christian Lapointe.

Elle a mis en scène 4 pièces de théâtre , au sein de la cie Momentum,  des créations pour lesquelles elle signait aussi à titre d’auteur ou de co-auteur.

Crédit photo : Eva Maude TC

Samuël Côté

Formé à l’École de théâtre professionnel du Collège Lionel-Groulx, Samuël Côté se démarque d’emblée par sa qualité de présence et son aisance à naviguer entre pure comédie et tragédie classique. Son interprétation du rôle-titre dans Les incroyables aventures de Thierry Ricourt, agent spécial de l’Interpol qui sévit autant à la scène que sur le web, témoigne de sa douce folie et de son goût du burlesque, alors que sa participation au cycle Des femmes de Wajdi Mouawad, d’après les tragédies de Sophocle, lui vaut le Prix de la relève Olivier Reichenbach du TNM. Cette expérience hors normes le mène aussi entre autres sur la scène du CNA et en Europe, au 65e Festival d’Avignon.

Amoureux de la création, il co-fonde en 2011 le Théâtre du Grand Cheval, avec les comédiennes Debbie Lynch-White et Florence Longpré. La première production qui les unit, Chlore, obtient un grand succès au Théâtre La Licorne puis à sa reprise au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Il a la chance d’évoluer sur les planches de plusieurs institutions, dont le Théâtre du Rideau Vert (Les Innocentes, m.e.s. de René Richard Cyr), le TNM (Cyrano de Bergerac, m.e.s. de Serge Denoncourt), le Théâtre Prospero (Je crois, m.e.s. de Benoit Rioux) et le Théâtre Denise-Pelletier (L’Avare, m.e.s. de Claude Poissant). Sur la route, il tourne avec le Théâtre Advienne que pourra (D’Artagnan et les trois mousquetaires), le Théâtre Le Clou (Appels entrants illimités) et les Productions Jean-Bernard Hébert (Notre petite ville; Chat en poche). Plus récemment, il développe une complicité toute particulière avec la metteure en scène Angela Konrad, sur quatre productions (Golgotha Picnic; Platonov, amour haine et angles morts (2018 et 2021); Fleuve et Vernon Subutex). En 2023 à l’Usine C, elle prend à bras le corps les rôle de Lepidus et Menenius, parmi une vingtaine d’interprètes, dans l’ambitieux ROME de Brigitte Haentjens, une ré-imagination de cinq pièces de Shakespeare dans une traduction de Jean-Marc Dalpé. Il entame une nouvelle collaboration avec Angela Konrad dans Tableau final de l’amour, un texte de Larry Tremblay et un duo bouleversant avec Benoit McGinnis, présenté au FTA et à l’Usine C. 

Au petit écran, il apparaît au générique de plusieurs séries, parmi lesquelles Toute la vérité, Madame Lebrun, Blue Moon, District 31, L’Échappée et Lac Noir en plus de tenir le premier rôle de Rocky, dans les deux saisons de la série jeunesse Les Sapiens, diffusée sur ICI Radio-Canada Télé et TFO.

Samuël est aussi un redoutable coach d’acteurs et prête régulièrement sa voix à plusieurs personnages en surimpression vocale.

Crédit photo : Andréanne Gauthier

Martin Faucher

Ayant complété en 1982 sa formation de comédien à l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, Martin Faucher signe sa première mise en scène en 1988 avec son collage de l’œuvre de Réjean Ducharme, À quelle heure on meurt?. Il signe depuis plus de quarante mises en scène d’œuvres issues tant du répertoire classique que du répertoire contemporain. C’est ainsi qu’il a signé les mises en scène de: L’asile de la pureté de Claude Gauvreau, Du vent entre les dents d’Emmanuelle Jimenez, Les quatre morts de MarieLes sept jours de Simon Labrosse et Le collier d’Hélène de Carole Fréchette, Musique pour Rainer Maria Rilke de Sébastien Harrisson, Les mains bleues de Larry Tremblay, L’affaire Dumouchon de Lise Vaillancourt, Pierrette Pan, ministre de l’enfance et des produits dérivés et La bonne femme de Jasmine Dubé, Mille-feuilles de Pierre-Michel Tremblay et La terre est trop courte, Violette Leduc de Jovette Marchessault. Il a également, mis en scène des textes de Jon Marans, Sarah Ruhl, Elfriede Jelinek, Frédéric Sonntag, Morris Panych, Charles Ludlam, Martin McDonagh, Edward Thomas, Edward Albee, Paul Claudel, Corneille, Molière et Racine. S’intéressant au langage du corps et à la danse contemporaine, Martin Faucher a dansé pour les chorégraphes Daniel Léveillé, Harold Réhaume et Catherine Tardif. Fortement impliqué dans sa communauté, Martin Faucher a siégé au conseil d’administration de la Fondation du Centre des auteurs dramatiques de 1994 à 2008 et a présidé le Conseil québécois du théâtre de 2005 à 2009. Martin Faucher est depuis 2014 directeur artistique du Festival TransAmériques de Montréal (FTA).

Crédit photo : Maude Chauvin

Gabriel Favreau

Gabriel Favreau fait ses premiers pas sur scène à Espace GO dans La promesse de l’aube de Romain Gary (m.e.s. d’André Melançon, 2006). Par la suite diplômé de l’École nationale de théâtre, on a pu le voir notamment dans L’Éveil du printemps (Théâtre du Trident, 2023), Corps célestes (CTD’A, 2020), ainsi que dans les comédies musicales Faire crier les murs (Le Clou, 2021-2024) et Mamma Mia! (Juste Pour Rire, 2019). Il est un habitué du doublage et collabore régulièrement à divers projets en danse tels Come A Bit Closer (Tangente, 2021), The Lower Parts (MAI, 2021), ainsi qu’en arts visuels: Le Rail (Jocelyne Alloucherie, 2023), La Traque/The track (Galerie B-312/ICA Baltimore, 2020). En 2022, il est nommé aux gémeaux pour son rôle dans la websérie Ainsi va Manu. Son plus récent projet avec la compagnie Les deux Mondes, Le faon, prend l’affiche en 2023.

Crédit photo : Vincent Lafrance

Eve Gadouas

Diplômée de l’École Nationale de Théâtre du Canada, Eve Gadouas a collaboré à de multiples productions théâtrales sur la scène montréalaise, notamment L’Opéra de Quats’sous (Sybillines), Le vertige (Espace GO), Opium_37 (Théâtre de Quat’Sous), ou encore EQUUS (Théâtre Jean Duceppe). Elle travaille toujours régulièrement avec les metteurs en scène en formation de l’École Nationale de Théâtre. À la télévision, elle a récemment défendu de beaux premiers rôles dans des émissions comme Indéfendable, Doute raisonnable, 5e Rang et Au secours de Béatrice. Au cinéma, nous l’avons vue dans L’âge des ténèbres (Denys Arcand), Cosmos (Marie-Julie Dallaire) et Polytechnique (Denis Villeneuve). C’est avec honneur et grand plaisir qu’Eve entreprend maintenant La traversée du siècle!

Crédit photo : Eva-Maude TC

 

Abigail Galwey

Née à Montréal et élevée dans le quartier du Mile-End, Abigail Galwey est une enfant de la balle. Petite-fille de l’écrivaine Marie Cardinal et de l’homme de théâtre Jean-Pierre Ronfard, les arts sous toutes leurs formes ont toujours été au centre de son univers. Après s’être rendue en quart de final sur l’émission La Voix dans l’équipe d’Isabelle Boulay en 2017, multiples collaborations et beaucoup de recherche artistique, Abigail se pose enfin. Son projet trip-hop Feed the Beast voit le jour le 28 janvier 2022 avec un premier EP éponyme réalisé par Jean-François Lemieux (Daniel Bélanger). Avec une ambition d’unir musique et théâtre, son univers imagé et sensuel se traduit jusque dans ses spectacles, des expériences immersives pluridisciplinaire qui démontrent sa passion pour la scène et l’art. Un prochain album, réalisé par Emmanuel Alias (Beyries, Anachnid) est attendu pour l’automne 2024. Alors que Feed the Beast explore la noirceur, EDDY reflète la lumière. Dirigé par elle-même et son partenaire de longue date, Danny Trudeau (Dominique Fils-Aimé), le duo néo-soul psychédélique est signé sous l’étiquette d’Ensoul Records. Réalisé par le guitariste Joe Grass (Patrick Watson), EDDY lancera leur premier album intitulé Fluid le 9 Septembre 2022. Réalisé par Blaise Borboën-Léonard (Lydia Képinski), leur prochain EP s’aventure dans des eaux plus électro pour explorer l’inconscient et le désir de retrouver l’enfant en soi. Sortie prévue pour le printemps 2024.

Crédit photo : Camille Gladu-Drouin

Rachel Graton

Rachel Graton, diplômée de l’École nationale de théâtre, est une actrice aux multiples talents! Depuis sa sortie de l’école, elle partage son temps entre le jeu, l’écriture et la réalisation. Au petit écran, nous avons pu la voir notamment dans les cinq saisons d’Au secours de Béatrice, dans la populaire série Les Simone, réalisée par Ricardo Trogi, ainsi que dans Faits divers, série à laquelle elle s’est jointe en 2018. En 2020, Rachel tient la vedette dans la série policière Portrait-robot, idée originale de Sophie Lorain et d’Alexis Durand-Brault, série qui reviendra pour une deuxième saison. On la retrouve en 2021 dans Un lien familial, série basée sur le roman de Nadine Bismuth, où elle incarne avec brio le personnage de Magalie, et dans Sans rendez-vous, divertissante comédie produite par Aetios et diffusée sur ICI Radio-Canada Télé.

Au théâtre, elle a foulé les planches des principaux théâtres. Dans les dernières années, elle a interprété Mary dans la pièce d’Alice Ronfard Une vie pour deux, présentée à l’Espace Go en 2015, ainsi que Rosette dans On ne badine pas avec l’amour au Théâtre Denise-Pelletier. En 2016, elle a participé aux pièces Le prince des jouisseurs au Théâtre du Rideau Vert et Le Tartuffe au Théâtre du Nouveau Monde. En 2017, elle fait partie de la distribution d’Assoiffés au Théâtre Denise-Pelletier. En 2018-2019, nous la retrouvons au Théâtre du Nouveau Monde dans la pièce Bilan. En 2019, elle interprète Nancy dans la pièce Les Serpents au Théâtre de l’Opsis, et sera de retour au TNM en 2022 avec la pièce Le roman de Monsieur Molière.

Au grand écran, Rachel a fait partie de la distribution des long-métrages Miraculum, C’est le cœur qui meurt en dernier et Le répertoire des villes disparues.

En 2017, Rachel remporte le 23e Prix Gratien-Gélinas pour son texte La nuit du 4 au 5. Plus importante récompense canadienne décernée aux auteurs dramatiques de la relève, ce prix est remis annuellement par la Fondation du CEAD avec le soutien de Québecor. Ce texte remportera également le Prix Marcel Dubé 2019, et sera nominé pour le Prix du gouverneur général 2019. Sa pièce 21 sera, quant à elle, en nomination pour le Prix de la critique pour meilleur texte original et sera produite par le centre du Théâtre d’aujourd’hui au printemps 2019. Il en sera de même avec sa pièce
La nuit du 4 au 5, produite en 2017 en tant qu’artiste en résidence, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

Depuis 2017, elle ajoute des cordes à son arc en s’intéressant à la réalisation. Elle co-scénarise et co-réalise le court-métrage Manon aime le hockey avec Sarah-Maude Beauchesne, puis court-métrage Suzanne et Chantal, qu’elle écrit et réalise en 2021. Tout dernièrement, elle a également réalisé la captation de La nuit du 4 au 5, diffusée à Télé-Québec au printemps 2022.

Crédit photo : Philippe Latour

Maxime Isabelle

Diplômé en interprétation à l’École nationale de théâtre du Canada en 2017, Maxime Isabelle a aussi suivi un stage au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris. Lors de sa formation, il a pu travailler sous la direction, entre autres, d’Alice Ronfard, Serge Denoncourt, Sébastien David et Olivier Choinière. Dès sa sortir de l’École, il enchaîne les projets en tant qu’interprète et signe même quelques projets en tant que metteur en scène. Aussi, il a dansé pour Manon Oligny et Jocelyne Montpetit. Il est reconnu pour son amour du jeu physique et de la direction d’acteurs.

Au théâtre, on a notamment pu voir Maxime dans la pièce jeunesse Bras de fer, mise en scène de Jean-Simon Traversy, dans la pièce Trois de Mani Soleymanlou et dans Léa et Loïc de Hugo Turgeon. Dernièrement, il était aussi de la pièce À toi je peux tout dire dans une mise en scène de Gill Champagne.

On a également pu le voir à l’écran dans la série jeunesse Les Sapiens, la série Clash, la série À coeur battant et dans la quotidienne Indéfendable sur les ondes de TVA.

Crédit photo : Guillaume Boucher

Bozidar Krčevinac

Après sa fomation à l’École Nationale de Théâtre du Canada, on a pu voir Bozidar Krčevinac pour la première fois dans À quelle heure on est mort ? au Théâtre de Quat’sous en 2021 (m.e.s. Frédéric Dubois). Il a également été de la distribution de Stop Kiss (m.e.s. Kim Despatis) au Théâtre La Licorne, et de ROME, (m.e.s. Brigitte Haentjens) pour l’Usine C en 2023.

Développant sa pratique, Bozidar mène divers projets de création avec son collectif ANTE MORI, avec lequel il a entre autres écrit, dirigé et produit le balado GOLIATH MATCHMAKER, poème-fleuve en neuf parties, diffusé par CHOQ.ca.

À la télévision, il a été de la distribution de séries comme Après le déluge, NOUS, Le Bonheur, À coeur battant et Sans rendez-vous. On pourra le voir dans le court-métrage de Paul Lazar En mémoire d’une brève canicule d’ici 2024, ainsi que dans le prochain film de François Delisle.

Crédit photo : William Lapierre

Roger La Rue

Roger La Rue s’est illustré dans de nombreuses pièces dont plusieurs créations québécoises telles que Sous le regard des mouches, Les Feluettes et Les Aboyeurs de Michel Marc Bouchard ainsi que Cabaret Neiges noires et Lolita de Dominic Champagne. Suivront Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent, collectif d’auteurs, Mon corps deviendra froid d’Anne-Marie Olivier, Dans les charbons de Loui Mauffette et Appelez-moi Stéphane de Claude Meunier et Louis Saia. On l’a également vu briller dans L’homme-éléphant, Tanguy, Pierre, Marie et le démon, Les secrets de la Petite Italie et Molière, Shakespeare et moi. Il fut de la distribution du théâtre musical, L’Homme de la Mancha, repris en 2019.

En 2022-23, il enchaine avec Le Pif Luisant,  Vania et Sonia et Macha et Spike tout juste après avoir  tenu le rôle de Otto Abetz dans Adieu Mr Haffmann en 2021 toujours  au Rideau Vert. Il se glisse dans la peau de  Lucien dans Rita au désert, présenté au Quat’sous. En août 2022, il est de la distribution de la mise en lecture de La Traversée du siècle de Michel Tremblay présentée à L’Espace Libre. En 2023, il est de la distribution de Lili St-Cyr au Théâtre de Kingsey Falls ( + tournée québécoise) et de Pif Luisant au Théâtre du Rideau Vert.

Au cinéma, il a fait partie de la distribution des films L’Affaire Dumont (Podz), Les Mains dans les poches (Simon Galiero), Catimini (Nathalie St-Pierre), Route 132 (Louis Bélanger), L’Audition (Luc Picard) ainsi que La Ligne brisée (Louis Choquette), Love Project (Carole Laure), Henri Henri (Martin Talbot) et Norbourg (Maxime Giroux). À la télévision, Il a entre autres fait partie de la distribution de Olivier, District 31, Plan B, Nouvelle Adresse, Madame Lebrun, 30 vies, Unité 9, Mémoires vives et Portrait-Robot. Il joue actuellement dans 5e rang. En 2022 il tourne dans la série La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé de Xavier Dolan. Nous le verrons également dans la série Sorcières en 2023.

Crédit photo : Louis Ruel

Valérie Le Maire

Valérie Le Maire foule les planches pour la première fois à l’âge de 10 ans au sein d’une des toutes premières troupes d’avant-garde au Québec. Elle y joue pendant une dizaine d’années pour ensuite entrer à l’École nationale de théâtre du Canada.

Depuis, elle s’est produite dans plus d’une cinquantaine de productions théâtrales et musicales, comme Mamma Mia à Juste pour rire en 2019, mises en scène par les plus grands au Québec, tels que Serge Postigo, Dominic Champagne, Claude Poissant, René Richard Cyr, Yves Desgagnés et Olivier Choinière. Elle termine son cours en réalisation à L’Inis en 2015. Son court-métrage On ne connait pas un homme… remporte le prix du public au Festival du cinéma francophone du Manitoba.

Depuis une dizaine d’années, c’est à la voix, à la mise en scène et à l’écriture qu’elle consacre la majeure partie de son temps. Elle signe entre autres la mise en scène et l’écriture du spectacle équestre La légende de l’homme Djaran, l’édition 2017 de Laissés Pour Contes aux ateliers Jean-Brillant. Depuis 2016, Valérie a fait des apparitions dans les populaires séries télévisuelles Ruptures-II, District 31-II, Toute la vie III et Indéfendable. Depuis 2019, Valérie se consacre beaucoup au secteur de la voix et au coaching d’acteurs. En 2022, elle s’envolera vers la ville lumières (Paris) pour y tenir le 1er rôle dans la pièce Rita au désert. Depuis 2022 Valérie fait partie de la grande distribution de la pièce de Michel Tremblay La Traversée du siècle produite par l’Espace Libre.

Crédit photo : Annie Éthier

Charlie Monty

Pratiquement née dans une salle de répétition, Charlie baigne dans l’univers des arts vivants depuis son plus jeune âge, et cet univers est inévitablement devenu une vocation. En 2014,  elle participe au Jamais Lu dans une mise en lecture du texte Pâtisseries françaises de France d’un collectif d’auteurs  et, en 2015,  au Festival Européen de Théâtre francophone à Naples dans Le rire de la mer de Pierre-Michel Tremblay. Elle affectionne tout particulièrement l’écriture et le théâtre documentaire.

En 2019, elle a intégré le programme d’interprétation de l’École nationale de théâtre  du Canada. Au fil de son parcours, elle a eu la chance de travailler avec René-Richard Cyr, Marie-Ève Milot, Marie-Thérèse Fortin, Frédéric Dubois, Martin Faucher et Gabrielle Lessard, pour n’en nommer que quelques-uns. Dirigée par Hervé Baillargeon, elle s’est découvert un plaisir croissant pour le jeu à la caméra. En 2020, elle a fait ses débuts au petit écran dans la mini-série FLQ : La traque, réalisée par Guillaume Fortin, dans laquelle elle incarne Colette Therrien.

En 2022,  elle intègre la nouvelle distribution de La Roulotte dans le spectacle Le Nez (adaptation et mise en scène par Philippe Robert), ainsi que celle de la pièce Le Faiseur d’Alice Ronfard, Débranchée de Marie-Ève Milot et du balado La traversée du siècle.

Charlie désire cultiver sa sensibilité et son ouverture à l’autre par le truchement de l’interprétation  des différents rôles qui se présentent à elle. Il y a dans son œil cette lueur d’ironie intelligente qui fait d’elle une actrice singulière et polyvalente. Un vaste imaginaire foisonne en elle. Son envie d’être comédienne est née de son besoin de développer son empathie et de soulever des questions sur le monde qui l’entoure. Charlie fait donc du théâtre pour la connexion secrète qui s’opère entre les spectateurs, pour ce moment magique et inexplicable que tous ces gens, au même moment, partagent sans le savoir.

Crédit photo : Maxime Côté

Clara Prévost

Diplômée de l’École nationale de théâtre du Canada en 2015, Clara Prévost joue dans plusieurs pièces telles que Wombat (m.e.s. Jean-Guy Legault), Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu (m.e.s. Éric Jean), Anne, la maison aux pignons verts, (m.e.s. Frédéric Bélanger), Filles en liberté (m.e.s. Patrice Dubois), Nos cœurs remplis d’uréthane (m.e.s. Jean-Simon Traversy), Amours propres (m.e.s. Claude Poissant et Louis-Karl Tremblay), Quatre filles (m.e.s Louis-Karl Tremblay), The Rise of the BlingBling – La Genèse (m.e.s Philippe Boutin), The King Stinks (m.e.s Olivier Morin) et Macbeth Muet (m.e.s. Jon Lachlan Stewart), qui tourne notamment à New York, Houston, Toulouse et au prestigieux Festival Charleville-Mézières, en France. À l’automne 2022, elle interprète Viola dans La nuit des rois (m.e.s Frédéric Bélanger), pièce qui connaît un grand succès au Théâtre du Nouveau Monde.

Avec sa compagnie Productions Fil d’or, elle produit des pièces de théâtre et des courts-métrages. Son premier texte, La place rouge, est mis en scène par Isabelle Leblanc à la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier en 2018. En 2020, elle réalise son premier court-métrage, L’un l’autre, qui en plus d’être présenté dans plusieurs festivals, remporte quatre prix au Gala Prends ça court! 2021. En janvier 2023, elle signe une première mise en scène avec son nouveau texte, Brillante. Son deuxième film, Entre-deux, vient tout juste d’avoir sa première au Holly Shorts, à Hollywood, et de remporter deux prix au Gala Prends ça court! 2023, dont le prix Téléfilm Canada. Il sera bientôt présenté au Festival Off-courts Trouville, en France, dans la compétition officielle.

Prochainement, elle jouera dans La traversée du siècle, mise en scène par Alice Ronfard, qui fera la tournées de plusieurs théâtres à Montréal en 2023-2024, ainsi que dans Jules et Joséphine, mise en scène par Frédéric Bélanger à la Salle Fred-Barry du TDP. Elle fera également la mise en scène du texte de Frances Poet, Les prémonitions de Mikaël Morneau, pour les 5 à 7 du Théâtre La Licorne.

Crédit photo : Marï Photographe

Évelyne Rompré

Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1997, Évelyne Rompré s’est taillé une place de choix dans le milieu théâtral. Avec près d’une cinquantaine de pièces jouées à son actif, elle s’est démarquée dans La Tempête, Ines Pérée et Inat Tendu (qui lui a permis de remporter un Masque, le Prix Nicky Roy et le Prix Paul Hébert en 2000), Les Troyennes, Antigone, Vacarmes, Cabaret perdu, Opium 37, Treize à table, L’Histoire du roi Lear et Le Dernier Feu. En 2004, un Masque lui a été décerné pour son rôle dans Unity, mil neuf cent dix-huit. Évelyne a aussi participé à des œuvres comme Débris, Le Joueur, Don Juan revient de la guerre, Les enivrés, Les Marguerite(s) et Camilien Houde. Plus récemment, elle a fait partie des œuvres Britannicus, Disparu.e.s, L’Heure Bleue et À cause du soleil. Prochainement, elle sera de La traversée du siècle mise en scène par Alice Ronfard.

À la télévision, elle a joué dans L’Auberge du chien noir, Temps dur, Stan et ses stars (rôle qui lui a valu une nomination au Gémeaux en 2008), Destinées, Tactik, Karl et Max, Les Invisibles, Cerebrum, Fugueuse, Toute la vie, Alertes, Patrick Senécal présente et Plan B.

Au cinéma, elle a tourné dans Une jeune fille à la fenêtre, Histoire de famille, C’est pas moi je le jure, Le rire et Aimé. Son rôle dans Deux fois une femme de François Delisle lui a valu une mise en nomination aux Jutra en 2011.

Crédit photo : Jean-François Brière

Isabelle Roy

Comédienne talentueuse, Isabelle Roy a déjà à son actif près d’une trentaine de productions théâtrales depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre en 1998. On a notamment pu la voir dans Incendies, création et mise en scène de Wajdi Mouawad, présentée au Théâtre de Quat’Sous ainsi qu’au Théâtre du Nouveau Monde, avant de partir en tournée à travers l’Europe. Quelques années plus tard, elle reprendra son rôle de Nawal Marwan dans le spectacle Le sang des promesses.

En plus de ses tournées européennes, Isabelle Roy a foulé les planches de plusieurs théâtres montréalais, au cours de collaborations avec nombre de metteurs en scène, dont Stacey Christodoulou (Blasted, Théâtre de Quat’Sous), Serge Denoncourt (Oncle Vania, Théâtre de l’Opsis), René Richard Cyr (Le langue-à-langue des chiens de roche, Théâtre d’Aujourd’hui), Sylvain Bélanger (Félicité, La Licorne), Alice Ronfard (Les Pieds des anges, Espace Go), Catherine Vidal (Des couteaux dans les poules, Théâtre Prospero), Martine Beaulne (Août, un repas à la campagne, Théâtre Jean Duceppe). Elle fût également de la distribution de Five Kings, spectacle-fleuve signé Olivier Kemeid et mis en scène par Frédéric Dubois au théâtre Espace Go. On a pu la voir aussi dans (21, Théâtre d’Aujourd’hui) mis en scène par Alexia Bürger, La traversée du siècle (création à l’Espace libre) mis en scène par Alice Ronfard et Le faiseur (Théâtre Denise-Pelletier également mis en scène par Alice Ronfard.

À l’écran, nous avons pu la voir dans le long-métrage La Neuvaine de Bernard Émond, Maman est chez le coiffeur de Léa Pool, L’âge des ténèbres de Denys Arcand, ainsi que dans la quotidienne 30 Vies, de Fabienne Larouche.

Crédit photo : Andréanne Gauthier

Marie-Hélène Thibault

Formée à l’École nationale de théâtre du Canada, Marie-Hélène Thibault a interprété, tant sur scène qu’à la télévision, de nombreux personnages qui ont marqué l’imaginaire des spectateurs. Actrice de théâtre aguerrie ayant plus d’une quarantaine de productions à son actif, elle a eu le bonheur de monter sur les planches avec plusieurs pièces à succès comme La société des loisirs, Coma Unplugged, Le journal d’Anne Frank, Le Déclin de l’empire américain, Tu te souviendras de moi, Disparu.e.s, Mauvais goût et Nous nous sommes tant aimés. Tout récemment, nous avons pu
la voir dans Dix Quatre et Pif Luisant. Prochainement, elle sera des œuvres Chimerica, La ménagerie de verre et La traversée du siècle.

À la télévision, nous avons pu apprécier son talent dans les séries Catherine, Les Chroniques d’une mère indigne, Les Mecs, Les Magnifiques, Défense d’entrer et Chouchou. Marie-Hélène a aussi
défendu, au fil des ans, des personnages plus touchants dans L’Heure bleue, Providence, Les étoiles filantes, Le Gentleman, Aveux et Anna et Arnaud.

En plus de sa participation récente au long-métrage 23 décembre, Marie-Hélène est l’entraîneuse de l’équipe des Bleus à la LNI, et elle fait également partie de L’Ensemble, le groupe d’artistes permanents du PÀP.

Crédit photo : Jacinthe Perrault

En savoir plus sur le spectacle

Ce que la presse en dit...

[…] la lecture-spectacle, probablement le plus bel hommage rendu à la grande richesse des écrits de Tremblay, une œuvre colossale dont l’hybridité n’a d’égale que la cohérence, […].

Christian Saint-Pierre

Le Devoir - 28 août 2023

On a tendance à oublier le sens du fantastique et du merveilleux dans l’œuvre de Tremblay (...) Ce qu’Alice Ronfard a placé dès le début, pour rappeler que c’est une mythologie québécoise que Tremblay a fini par tricoter (...)

Chantal Guy

La Presse - 29 août 2023

J’ai pleuré pendant 12 heures de temps, de 10 h le matin à 10 h le soir. C’était tellement touchant et les acteurs étaient tellement extraordinaires.

Michel Tremblay

Suite à la première représentation

Les billets pour La traversée du siècle, une adaptation de l’œuvre de Michel Tremblay réalisée par Alice Ronfard, se sont envolés en un temps record vendredi. Cinq des sept théâtres montréalais qui présenteront la pièce dans la prochaine année ont affiché complet en quelques heures, voire quelques minutes pour certains, après l’ouverture de leur billetterie.

Annabelle Caillou

Le Devoir, 14 avril 2023

Informations complémentaires

MICHEL TREMBLAY

Figure dominante de la littérature québécoise, MICHEL TREMBLAY a érigé depuis la fin des années 1960 une œuvre imposante, comme dramaturge, romancier, traducteur, adaptateur et scénariste : 30 pièces de théâtre (incluant 2 adaptations de ses propres œuvres), 2 comédies musicales, 31 romans, 1 recueil de contes, 7 recueils de récits autobiographiques, 7 scénarios de films, 47 traductions ou adaptations d’auteurs étrangers, 1 livret d’opéra, 1 cycle de chansons ainsi que les paroles d’une quinzaine de chansons. Toutes publiées, plusieurs pièces de Tremblay ont été acclamées au Canada, aux États-Unis et un peu partout en Europe. Il est cité dans les dictionnaires Larousse et Robert, l’encyclopédie Who’s Who et le Dictionary of International Biography. Six fois boursier du Conseil des Arts du Canada, Michel Tremblay a reçu plus de 85 prix au cours de sa carrière, dont les prestigieux Prix Prince Pierre de Monaco et Prix Gilles-Corbeil de la Fondation Émile-Nelligan pour l’ensemble de son œuvre. En 2018, l’Académie française lui a décerné le Grand Prix de la Francophonie. 

Informations complémentaires

QUI EST ALICE RONFARD? (MISE EN SCÈNE, ADAPTATION ET DRAMATURGIE)

À ce jour, Alice Ronfard a mis en scène une trentaine de pièces et mérité de nombreux prix. En 1988 lui est décerné l e Grand Prix de la Communauté urbaine de Montréal pour La Tempête de Shakespeare, co-traduit avec Marie Cardinal. L’année suivante, elle crée, au Festival de Théâtre des Amériques, L’Annonce faite à Marie de Claudel, qui remporte le Prix de l ’Association québécoise des critiques de théâtre pour la meilleure mise en scène. 

 Puis, elle réalise Billy Strauss de Lise Vaillancourt (1990) et s’attaque à un texte de Koltès, Dans la solitude des champs de coton (1991). Quai Ouest (1997) Viennent ensuite Henri IV de Pirandello (1991), des textes de Normand Chaurette : Provincetown Playhouse, juillet 1919, j’avais 19 ans et La Società di Metis (1992), qu’elle monte en tant que metteure en scène i nvitée au Festival Intercity de Florence consacré au théâtre québécois.

En 1992, Alice Ronfard crée un opéra de Mozart, Cosí Fan Tutte, puis un classique grec, Les Troyennes d’Euripide (1993), pour l equel elle obtient le Prix Gascon-Roux de la meilleure mise en scène. Elle revient alors au répertoire québécois avec Julie de René-Daniel Dubois (1993). Comme il vous plaira de Shakespeare (1994) et Marie Stuart de Schiller (1995) remportent deux prix du public pour les meilleurs décors, costumes et musique, ainsi que pour la meilleure interprétation féminine. En 1995, Alice Ronfard dirige Électre-Elektra, une création collective, et C yrano de Bergerac d’Edmond Rostand. 

 Au cours des dernières années, elle a mis en scène la Seconde Surprise de l’amour de Marivaux et Quai Ouest de Koltès (1997), Yvonne princesse de Bourgogne de Gombrovicz, qui lui a valu le Masque de la meilleure mise en scène (1999), La Voix humaine de Cocteau, K ing de Vinaver (1999) et Floes de Sébastien Harrison (2001). À l ’automne 2001, elle monte L’Avare de Molière au Théâtre du Nouveau Monde et, l’année suivante, la version finale de L’Arche de Noé, un opéra d’Isabelle Panneton dont la création a été amorcée en 2000. Par la suite, elle participe à plusieurs l aboratoires d’opéra avec l’Université de Montréal. Elle monte entre autres Idoménée de Mozart (2002), Les dialogues des Carmélites de Francis Poulenc et Le songe d’une nuit d’été de Benjamin Britten (2003), Hansel et Gretel et Prochain départ de Simon Bertrand (2006). En 2003, elle signe la mise en scène de Tristan et Iseult de Pierre-Yves Lemieux. En 2004 elle fait la conception et la dramaturgie du spectacle La complainte de Dulcinée. Par la suite, elle fait la mise en scène de Oreste à travers le temps extrait d’Électre et Une nuit en mer de Reynald Robinson (2005) et Désordre public dont elle signe aussi la scénographie (2006). 

 En 2007, elle fait la mise en scène d’extraits chorégraphiques pour la compagnie Van Grimde et signe la mise en scène et la scénographie de l ’opéra La faim Artaud de Analia Lugddar. Elle présentera durant les saisons 2008-20111 à l ’Espace GO et au Théâtre du Nouveau monde, une trilogie des pièces d’Evelyne de la Chenelière, Désordre Public, Les pieds des anges (Espace Go) et L’Imposture 2011 (TNM). 

 En 2014, à l’Espace Go, elle met en scène Une vie pour deux d’Évelyne de la Chenelière, pièce à partir de laquelle elle co-réalisera un film avec Luc Bourdon qui sera présenté au Festival du nouveau Cinéma et au R endez-vous du cinéma Québécois.  

 En 2016-2017 elle renoue avec Sébastien Harrisson et crée La Cantate intérieure avec le théâtre des Deux Mondes. En 2016 elle signe en collaboration avec Antoine Rigot Sous la toile de Jheronimus un spectacle de cirque théâtre avec la troupe Les Colporteurs (France-Hollande).  

 En 2018 elle signe la mise en scène de Candide une adaptation du roman de Voltaire au Théâtre du Nouveau Monde et assure en collaboration avec Antoine Rigot F(r)iction le spectacle des finissants du Centre Nationale des Arts du cirque (CNAC), présenté à La Villette à Paris. 

 Depuis plusieurs années elle participe à titre de dramaturge, mentor, co-mise en scène ou co-conceptrice à divers créations avec des artistes émergents tels que Mani Soleymanlou (Un et Deux) Dany Boudreau ((E)), Emmanuel Schwartz (Chroniques) Solène Paré (Quartett) et plus récemment en 2017 Exhibition d’Emmanuel Schwartz présenté au Festival Trans Amériques en co-production avec l ’Ancre de Charleroi et Eve Pressault (vodka-Croissant) p résenté au OFFTA. 

 Alice Ronfard écrit un certain nombre de textes pour la scène, parmi lesquels Les paradis n’existent pas…Jeanne d’Arc (1985), Overground (1987), Ma nuscrit de la Mère morte (1990) et Pour en finir avec la mémoire (1990). Chargée à plusieurs reprises du travail d’interprétation avec les danseurs de diverses troupes montréalaises ( O’Vertigo, Pierre-Paul Savoie entre autres) Elle conçoit également, en 1996, une exposition muséale intitulée Femmes corps et âme pour l aquelle elle reçoit le Prix d’excellence décerné par l’association des musées Canadien En 2006, elle écrit À mon fils, à mon père, à mon amant, à mon ami pour l e T NM d’hier à aujourd’hui, publié chez Lanctôt. 

 Alice Ronfard enseigne maintenant dans les différentes écoles de théâtre dans les programmes de formation en production, scénographie et jeu et mise en scène. 

 Prix et distinctions 

De 1994 à 1999 elle est l ’adjointe d’André Brassard à l a direction artistique de l ’École Nationale de Théâtre du Canada et de 1999 à 2001 elle en assume la direction par intérim. 

De 1997 à 2004 elle est membre du Conseil d’administration du Conseil des Arts et des Lettres du Québec ainsi que de son comité exécutif. 

1988 : Grand Prix de la Communauté urbaine de Montréal pour La Tempête 

1989 : Prix de la meilleure mise en scène Association des critiques de théâtre pour L’Annonce faite à Marie 

1993: Prix Gascon-Roux, meilleure mise en scène pour Les troyennes, Théâtre du Nouveau Monde 

1995 : Prix d’excellence de l ‘association des musées canadiens, catégorie présentation pour la conception de la mise en espace de l’exposition Femmes, Corps et Âme au Musée de la civilisation de Québec 

1996 : Prix Gascon-Roux, meilleure mise en scène pour Cyrano de Bergerac, Théâtre du Nouveau Monde 

1998 : Masque, meilleure mise en scène pour Yvonne, princesse de Bourgogne 

Informations complémentaires

QUI EST JULIE BASSE ? (ÉCLAIRAGE ET RÉGIE ÉCLAIRAGE)

Fidèle collaboratrice de certains des metteurs en scène les plus avant-gardistes de la scène montréalaise, tels que Maxime Carbonneau et Edith Patenaude, Julie Basse conçoit depuis plus de 10 ans des éclairages pour les arts de la scène.

Que ce soit au théâtre, à l’opéra, ou en comédie musicale, elle donne naissance à des univers uniques et fascinants en repoussant les limites imposées par chacune de ces disciplines.

Au nombre de ses conceptions marquantes, on peut compter son travail sur Des souris et des hommes (théâtre Jean Duceppe –Prix Lumière 2019-2020), Corps Célestes (Centre du Théâtre d’Aujourd’hui), les comédies musicales Annie (Juste pour Rire) et Je vais t’aimer (produit en France, mise en scène Serge Denoncourt), ainsi que ses collaborations avec BOP, l’Opéra de Montréal, l’Opera Lafayette de Washington, et les compagnies de danse La Otra Orilla et Dans son salon.

Elle s’illustre aussi en humour et en musique en travaillant entre autres avec André Sauvé, Christian Bégin, Lisa LeBlanc, Elisapie, Dominique Fils-Aimé et Plants and Animals.

Avec Incarnat, d’Ariane Moffatt, elle est récipiendaire du Félix « Éclairage de l’année » au gala de l’ADISQ 2021-2022.

Elle forme avec Odile Gamache, Félix-Antoine Boutin et Gabriel Plante la compagnie Création dans la chambre. Le collectif multiplie les créations et les projets de recherche depuis 2014. (Un animal (mort), Histoire populaire et sensationnelle, Les larmes amères de Petra Van Kant).

Avec Moment Factory, elle signe la conception d’éclairage des parcours lumineux Vallea Lumina (Whistler,Colombie-Britannique), Astra Lumina (Tennessee), et Oceana Lumina (Rochefort, France) ainsi que l’installation d’art digital North Forest Lights (Bentonville, Arkansas).

Crédit photo : Julie Artacho

Informations complémentaires

QUI EST ARIANE BRIÈRE ? (ASSISTANCE À LA MISE EN SCÈNE ET RÉGIE GÉNÉRALE)

Ariane Brière est diplômée de l’École Supérieure de théâtre de l’UQAM et oeuvre dans le milieu artistique montréalais depuis 2016. Si la conception de décor l’a d’abord lancée professionnellement, elle s’est rapidement découvert un vif intérêt pour l’assistance à la mise en scène et la régie de spectacle.

En 2018, elle assure l’assistance à la mise en scène du spectacle des finissants du Conservatoire d’art dramatique de Montréal Dans la République du bonheur, mis en scène par Geoffrey Gaquère. Cette expérience au sein du Conservatoire a été la première de plusieurs autres.  En 2020, elle assiste Alice Ronfard pour le spectacle Ivresse/Playloud qui marque le début d’une belle collaboration. Elle a travaillé sur le spectacle Le faiseur, présenté au Théâtre Denise-Pelletier en 2023, et plus récemment encore sur le spectacle fleuve La traversée du siècle qui scelle leur lien de confiance artistique.

Ariane a travaillé avec plusieurs autres metteur.euse.s en scène dont Myriam Fugère et Catherine Vidal. Elle a travaillé avec cette dernière pour les spectacles Le Legs/La Dispute (présenté au Conservatoire d’art dramatique de Montréal), L’Inframonde (présenté à La Licorne) et Au sommet de la montagne (présenté au Duceppe). Convaincue que les meilleures idées sont celles que l’on découvre par la discussion et le partage, elle carbure au travail d’équipe.

Crédit photo : Patrice Tremblay

Informations complémentaires

QUI EST NAT DESCÔTEAUX ? (ASSISTANTE ET RÉGIE ÉCLAIRAGE)

(Nat Descôteaux, elle·iel) est une artiste queer qui s’intéresse au côté sensible de la lumière. Graduée du programme de Création et Production à l’École nationale de théâtre du Canada en 2020, Nat s’épanouit surtout dans la création théâtrale, mais elle a aussi eu la chance d’éclairer de la musique live, de la danse, du cirque, de la performance, et d’autres formes d’arts vivants. Depuis sa sortie d’école, Nat signe déjà plusieurs conceptions d’éclairage avec des metteur·teuse·s en scène dont Alice Ronfard, Sébastien David, Luce Pelletier, Isabelle Leblanc, Gill Champagne, Bozidar Krcevinac, Thomas Lussier, Catherine Vidal et Marcel Pomerlo. Elle assiste également quelques éclairagistes à Montréal et en tournée, plus particulièrement Julie Basse et Erwann Bernard. Plus récemment, elle signe sa première collaboration à titre d’assistante conceptrice d’éclairage chez Moment Factory. Nat souhaite continuer à explorer la lumière dans toutes ses subtilités.

Crédit photo: Maxime Côté

Informations complémentaires

QUI EST JORIS REY ? (MUSIQUE ORIGINALE ET RÉGIE SON)

Après une formation en Technique de Sonorisation et d’Enregistrement ainsi que plusieurs projets dans la Conception Sonore, le Sound Design et la Composition Musicale, Joris continue à expérimenter son univers sonore au travers de différents médiums artistiques.

Très intéressé par le concept de Musique Adaptative et de l’interactivité dans le son, il travaille en ce moment cette flexibilité sur des pièces de théâtre de la scène montréalaise en ayant pour objectif de développer ces compétences dans des spectacles immersifs ainsi que dans le domaine du jeu vidéo.

Crédit photo : Matthew Megannety

Informations complémentaires

QUI EST GABRIEL TSAMPALIEROS ? (SCÉNOGRAPHIE)

Architecte et scénographe de formation, Gabriel Tsampalieros travaille depuis 25 ans comme concepteur d’espaces pour des productions théâtrales qui occupent les planches des principales institutions francophones du Québec, de l’Ontario et de la Belgique.

Au-delà du théâtre, la diversité de ses compétences l’amène à exprimer son art dans plusieurs disciplines connexes telles l’opéra, la danse, le cirque, le design d’expositions, la télévision et le cinéma.

Également actif en tant que professeur, il développe entre autres une expertise en histoire de l’architecture et de la scénographie, et élabore une variété de cours, d’ateliers et de conférences qu’il donne dans de nombreux établissements d’enseignement réputés.

Crédit photo : Ferdinando Mercuri

Informations complémentaires

Amorcé en 2019 en collaboration avec André Brassard, la Traversée du siècle est l’aboutissement d’un méticuleux travail d’adaptation textuelle réalisé par Alice Ronfard durant trois années, à partir de romans choisis de Michel Tremblay. Une première étape de création a donné naissance à une lecture publique du texte, avec 20 comédiens, le 27 août 2022 au Théâtre Espace Libre. 

 L’approche retenue pour la production est alignée sur la vision de son instigatrice, Alice Ronfard, qui y voit une occasion de fédérer la communauté artistique autour de l’œuvre de Michel Tremblay. La Traversée du siècle unira ainsi sept (7) théâtres montréalais qui se sont projetés dans ce rêve de porter cette œuvre colossale sur scène, dans une production de 12 heures, en six parties. L’union des théâtres est née d’une réflexion commune, chapeautée par le Théâtre Espace Libre et Alice Ronfard. En accord avec les pairs, le Centre du Théâtre d’aujourd’hui (CTD’A) a accepté d’agir à titre de producteur délégué et d’assurer la coordination de tous les aspects de la production. À la suite de cette réflexion, le CTD’A a œuvré à réaffirmer la volonté des théâtres de s’engager à présenter une représentation de La Traversée du siècle. Ainsi, le Centre du Théâtre d’aujourd’hui (26 août 2023), Duceppe (15 juin 2024), La Licorne (20 avril 2024), le Théâtre Espace Libre (2 septembre 2023), le Théâtre du Nouveau Monde (29 juin 2024), le Théâtre de Quat’Sous (25 mai 2024) et le Théâtre du Rideau Vert (8 juin 2024) inscriront le spectacle durant leur saison 2023-2024. Considérant l’ampleur du projet et l’importance primordiale de maintenir une communica􀆟on constante tant avec les directions de tous les théâtres qu’avec Alice Ronfard et l’équipe de produc􀆟on, le CTD’A s’est alloué les services de la firme Dumont St-Pierre (DSTP) qui agit à titre de producteur exécutif. 

 C’est à un véritable événement que le public est convié avec le spectacle lecture-fleuve La traversée du siècle, un projet colossal pour célébrer l’un de nos plus grands écrivains : Michel Tremblay.  

 La traversée du siècle, imaginée en collaboration avec André Brassard, adaptée et mise en scène par Alice Ronfard, nous plonge, à la manière de Zola ou de Balzac dans la vie et le destin de Victoire, Albertine et Thérèse, trois personnages phares de l’œuvre de Tremblay, trois femmes fortes et résilientes qui traverseront le siècle au gré des profonds bouleversements qu’a connus la société québécoise.  

 Cette fresque émouvante rend compte du début des avant-gardes qui se développeront au 21e siècle : le métissage, la transcendance des genres, l’homosexualité, la place des femmes, le désir d’émancipation et les traces que laissent des d’années d’oppression sur l’âme d’un peuple. Du fantastique à l’hyperréalisme, de l’allégorie à la tragédie, de la gravité au comique, cet inventaire d’un siècle est une adaptation en courtepointe à partir de quelques-uns de ses romans et textes de théâtre les plus célèbres, parmi lesquels Chroniques du Plateau-Mont-Royal, La Diaspora des Desrosiers, Victoire !, Le passé antérieur, En pièces détachées, Albertine, en cinq temps, Sainte Carmen de la Main et Le peintre d’aquarelles.  

 Un projet théâtral titanesque et rassembleur, à l’image de l’homme qui depuis 60 ans définit les contours d’une mythologie québécoise empreinte de combat, de résilience, d’amour et de différence. 

On a tout un festival pour vous

Chantier

Daïna

Prix régulier / 110
Acheter un billetVoir les abonnements

Abonnez-vous à l'infolettre

Prénom
Nom
Courriel