Présenté au Théâtre Périscope

1h45(sans entracte)

En français


Fri 26 Mai
19h30
Sat 27 Mai
19h
Sun 28 Mai
19h
Mon 29 Mai
23h30

Prix régulier /

François Gremaud (Suisse | Lausanne)

CLASSIQUE REVISITÉ

Il s’agit bien ici de la Phèdre de Racine. Non pas la tragédie en alexandrins, chef-d’oeuvre du théâtre classique français, mais plutôt une comédie contemporaine qui s’en inspire, mettant en scène un unique personnage, un conférencier un peu naïf animé par une fervente passion pour l’oeuvre en question. Le point d’exclamation, ajouté au titre, se nommait le « point d’admiration » à l’époque de Racine. Il exprime, en l’occurrence, toute celle éprouvée par le protagoniste.

Avec pour seul décor un tapis et une table, notre conférencier nous présente, livre en main, la pièce de Racine. Il entreprend de nous en raconter l’histoire, acte par acte; il décortique les merveilles de l’alexandrin, évoque la mythologie grecque à travers la généalogie des personnages. Et peu à peu, emporté par son enthousiasme, il se met à interpréter tous les rôles, totalement habité par la beauté du texte et le plaisir complice du jeu.

Monologue humoristique interactif et leçon d’histoire délicieusement ludique, la partition de François Gremaud use de nombreux clins d’oeil à la culture populaire, paroles de chansons, blagues, jeux de mots, références cocasses à d’autres oeuvres connues. Romain Daroles s’y révèle un formidable conteur, livrant une performance éblouissante, généreuse, à la fois bouffonne et subtile. Point d’admiration à l’ensemble!

Qu’est-ce qu’une tragédie ?

Avec la comédie, c’est l’un des grands genres de la création dramatique. Ce qui caractérise le genre tragique, c’est la démesure; le héros est aux prises avec une grande douleur, une destinée impitoyable ou encore une passion d’une violence terrible. Les deux ressorts principaux en sont la pitié et la terreur.

Entre 1640 et 1689, c’est la grande époque de la tragédie en France avec Corneille (1606-1684) et Racine (1639-1699) surtout. La tragédie classique exige une action noble et solennelle; ses personnages sont des rois, des princes et des héros; les faits comme les hommes doivent être tenus dans un éloignement qui inspire le respect.

Qui est Jean Racine ?

Auteur dramatique français né en 1639 et décédé en 1699. L’étroitesse de sa production théâtrale (onze tragédies et une comédie) s’explique par l’abandon du théâtre après Phèdre (1677), le succès de sa carrière d’auteur. Le « poète tragique par excellence » ne voulait être rien d’autre qu’un auteur de tragédies d’excellence.

En savoir plus sur le spectacle

Ce que la presse en dit...

À l’issue de Phèdre!, nous avons ri et surtout nous avons appris. Notamment ceci : le théâtre est une matière vivante, formidablement vivante.

Thierry Sartoretti

rts.culture, décembre 2017

En parallèle à ces calembours téléphonés et assumés et aux chansons populaires détournées, François Gremaud et Romain Daroles placent le niveau très haut. D’une part, avant d’entrer dans le vif des cinq actes qui seront résumés au pas cadencé, les deux auteurs dressent le portrait mythologique de chaque protagoniste, remontant le fil compliqué des amours clandestines avec les divinités. Mais aussi, ils n’hésitent pas à expliquer des termes sophistiqués comme « catharsis », « hémistiche » ou la règle des trois unités. Grâce à la maestria du conteur, le public reste captivé

Marie-Pierre Genecand

Le Temps, 8 juin 2018

Romain Daroles, le conférencier-acteur est visiblement pétri d’admiration (!) pour ce monument phare du théâtre classique dont il va proposer un remake contemporain avec un enthousiasme débonnaire – et une drôlerie faussement potache – devant un public composite quelque peu éberlué par tant d’« innocence » feinte recouvrant une connaissance académique des alexandrins et des enjeux historiques et culturels respectés à la lettre. Une heure et demie durant, montre en main, pour resituer le contexte géopolitique de l’époque, brosser la généalogie foutraque des dieux (…) et développer le processus dramatique de la « comédie » – c’en est devenue une sans pour autant renier les enjeux de la tragédie originelle – en cinq actes conçue magistralement et mise en scène sobrement par François Gremaud. Un travail d’orfèvre à couper le souffle.

Yves Kafka

Le bruit du off, 24 janvier 2019

Avec brio, [Romain Daroles] incarne tous les personnages tout en maniant les jeux de mots et en s'aventurant dans des digressions désopilantes. Même Dalida, Barbara et Michel Fugain sont convoqués. Les vers de Racine claquent et la langue magnifique et tragique se met à flirter avec le comique. Phèdre devient Phèdre!. Une pièce sur une pièce. Le passage de la tragédie de Racine à la joyeuse Phèdre! se fait avec plaisir. Exclamation!

Alain Geffray

Haut Parleur, 7 octobre 2021

Crédits

Conception, mise en scène
François Gremaud

Texte
François Gremaud, d’après Jean Racine

Interprète
Romain Daroles

Production
2b company
Production déléguée
Théâtre Vidy-Lausanne

Assistant à la mise en scène Mathias Brossard
Lumière Stéphane Gattoni

Informations complémentaires

QUI EST FRANÇOIS GREMAUD ?
Auteur et metteur en scène

Il est né à Berne, en Suisse.

Après avoir entamé des études à l‘École cantonale d’Arts de Lausanne (ECAL), il suit une formation de metteur en scène à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle (INSAS) à Bruxelles.

En 2005, il fonde avec Michaël Monney l’association 2b company, structure avec laquelle il présente sa première création, My Way, qui rencontre un important succès critique et public. Son spectacle Simone, two, three, four en 2009 marque sa première collaboration avec le plasticien Denis Savary, ainsi qu’avec Pierre Mifsud, Catherine Büchi et Léa Pohlhammer.

En 2009, à partir d’un concept spatio-temporel unique qu’il a imaginé, il présente KKQQ dans le cadre du Festival des Urbaines à Lausanne, qui marque le début de sa collaboration avec Tiphanie Bovay-Klameth et Michèle Gurtner. Produits par la 2b company, ils fondent ensemble le collectif GREMAUD/ GURTNER/BOVAY et sous ce nom co-signent, entre 2009 et 2019, Récital, Présentation, Western dramedies, Vernissage, Fonds Ingvar Håkansson, Les Potiers, Les Sœurs Paulin, Pièce et – en collaboration avec Laetitia Dosch – Chorale.

Dans le même temps, toujours au sein de la 2b company, François Gremaud poursuit ses activités de metteur en scène et présente Re en 2011, sa seconde collaboration avec Denis Savary.

Il crée une première version de Conférence de choses en 2013, spectacle interprété et co-écrit par Pierre Mifsud. Le cycle complet de neuf Conférences de choses est créé en 2015 à Lausanne et Paris. Sa version intégrale dure huit heures et rencontre un important succès critique et public, en Suisse comme en France.

À l’invitation du Théâtre de Vidy-Lausanne, il écrit et met en scène Phèdre ! d’après la pièce de Jean Racine en 2017. Interprété par le comédien Romain Daroles, le spectacle – salué par la critique internationale – est joué dans le cadre du Festival d’Avignon 2019.

Il crée Giselle… interprétée par Samantha van Wissen en 2020, second volet après Phèdre! et avant Carmen (2023) de la trilogie qu’il entend consacrer à 3 grandes figures féminines des arts vivants classiques.

Interprétée par Aurélien Patouillard, Auréliens (2020) est la transposition sur scène d’une conférence qu’Aurélien Barrau a donnée à l’Université de Lausanne sur ce qu’il appelle « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité ».

En 2018, il co-écrit et co-interprète Partition(s) avec Victor Lenoble, avec qui il crée Pièce sans acteur(s) en 2020.

À l’invitation de la Haute École des Arts de la Scène La Manufacture à Lausanne, il crée Aller sans savoir où (2021), spectacle qui, en décrivant son propre processus d’écriture, aborde – outre des questions de modes opératoires – les questions de joie, d’idiotie et de réel qui sont au cœur du travail de son auteur.

En 2022, il créée Allegretto, seul en scène dans lequel, pour tenter de faire entendre « de quelle manière » l’Allegretto de la 7e symphonie de Beethoven s’est littéralement inscrit en lui, il évoque le film dans lequel, à l’âge de 7 ans, il l’a entendue pour la première fois.

Parallèlement à ses activités au sein de la 2b company, François Gremaud se met au service de divers projets. En 2009, il met en scène Ma Solange, comment t’écrire mon désastre, Alex Roux de Noëlle Renaude pour la Cie La Mezza Luna, plus de 18 heures de spectacle, présentées en 18 épisodes, intégralement repris à Théâtre Ouvert à Paris en 2017.

En 2014, au Festival d’Automne de Paris, il joue sous la direction de la compagnie française GRAND MAGASIN dans Inventer de nouvelles erreurs. Depuis 2014, au sein du collectif SCHICK/GREMAUD/PAVILLON, il présente X MINUTES, un projet évolutif inédit: le spectacle, d’une durée initiale de 0 minute, s’augmente de 5 nouvelles minutes — jouées dans la langue du pays d’accueil — à chaque fois qu’il est présenté dans un nouveau lieu.

Entre deux projets théâtraux, François Gremaud compose des chansons minimalistes (Un dimanche de novembre, album écrit, enregistré et diffusé en un jour) ou Festives (Gremo & Mirou, une chanson de Noël chaque année depuis 2008) et il intervient régulièrement à la Haute École des Arts de la Scène La Manufacture à Lausanne, dans les filières Bachelor (comédiens), Master (metteurs en scène), Formation continue et Recherche & Développement.

François Gremaud est lauréat des Prix Suisses de Théâtre 2019.

En 2022, il est lauréat du Grand prix de la Fondation Vaudoise pour la Culture.

Informations complémentaires

QUI EST ROMAIN DAROLES ?
Interprète 

L’acteur est né entre Gascogne et Armagnac, terre qui lui a transmis le goût des lettres, de la musique et de la bonne chère. Il découvre une répétition générale des Maîtres chanteurs de Wagner au Théâtre du Capitole de Toulouse et, après un baccalauréat scientifique, poursuit des études littéraires qui se solderont avec l’obtention d’un Master en Littératures Françaises à la Sorbonne (Paris). Parallèlement, il approfondit sa formation théâtrale au Conservatoire d’Art Dramatique du 6e arrondissement de Paris dans la classe de Bernadette le Saché, ainsi que sa passion pour l’opéra. De cette période, il retient des rencontres suivies de fréquentes collaborations artistiques avec François-Xavier Rouyer et Loïc Le Manac’h. Toujours plus mélomane, il est accepté à La Manufacture de Lausanne en Bachelor Théâtre où il accomplit un travail de fin d’études au croisement de ses goûts théâtraux, entre littérature et opéra. Diplômé en 2016, il a joué depuis sous la direction de Gianni Schneider, Marie Fourquet et Alain Borek.

Romain remporte en 2020 le prix Jean-Jacques-Lerrant de la Révélation théâtrale de l’année au palmarès des 57e Prix du Syndicat professionnel de la critique Théâtre, Musique et Danse.

Acheter un billetVoir les abonnements

Abonnez-vous à l'infolettre

Prénom
Nom
Courriel